Les thrillers incontournables de l’automne 2016

Après la détente de l’été, les soirées d’automne qui se rallongent sont le moment idéal pour commencer à se plonger dans de sombres polars et thrillers dont les enquêtes vous entraîneront dans les profondeurs de l’âme humaine, entre manipulations et secrets que l’on cherche à étouffer à n’importe quel prix.

Alors, une fois les devoirs terminés et la maison redevenue silencieuse, n’hésitez pas à vous procurer ces 5 polars incontournables de l’automne 2016 au format numérique. Entre une artiste recluse qui n’est pas sortie de chez elle depuis une décennie et un thriller qui vous fera passer de l’obscurité de l’hiver norvégien aux hauteurs ensoleillées du Vieux-Nice, le cru 2016 est torturé à souhait et se veut résolument psychologique.

asile psychiatrique effrayant
Source : Maurizio, Asylum, CC : https://flic.kr/p/pWZwE2

Intimidation

intimidationLe dernier opus du maître du thriller, Harlan Coben. Adam Price, avocat new-yorkais à succès, mène une existence lisse dans son pavillon de banlieue, entre une épouse irréprochable et leurs deux enfants. Mais lorsqu’il apprend d’un inconnu que Corinne a un passé trouble qu’elle lui a toujours caché, il commence à douter de sa femme… qui profite de son trouble pour disparaître. Quel secret Adam Price finira-t-il par découvrir sur celle dont il pensait tout savoir ?

Entre cybercriminalité et chantage, Intimidation surfe sur des thèmes contemporains, tout en reprenant les bases de l’intrigue de Ne le dis à personne.

Une Avalanche de conséquences

avalanche-de-consequencesEt si le secret de famille était le plus indétectable des poisons ? Barbara Havers, sergent de police, a vu sa réputation écornée lors de sa dernière enquête. Alors, lorsque la famille Goldacre est touchée par deux morts suspectes, elle se rend dans la campagne tranquille du Dorset pour en apprendre plus et redorer son blason auprès de sa hiérarchie. Elle y rencontre Caroline, mère dragon dont le fils William s’est suicidé et dont l’employeur, l’écrivaine féministe Clare Abbott, vient d’être retrouvée morte.

Ce thriller n’est pas fait pour ceux qui recherchent des rebondissements à tout-va, mais plutôt pour les fins psychologues qui apprécieront le travail de sape d’une mère manipulatrice et possessive qui va tisser sa toile autour des hommes de son entourage, ce que compense parfaitement le dynamisme du duo formé par l’enquêtrice et son supérieur.

Le Piège

piegeUn thriller intimiste comme on les aime, dont l’improbable héroïne est Linda Conrads, une auteure de romans qui vit recluse depuis plus de dix ans, traumatisée par l’assassinat de sa sœur dont elle a aperçu le meurtrier avant qu’il ne prenne la fuite. Restant en prise avec le monde moderne à travers les contacts avec son jardinier, son aide-ménagère, son éditeur et son poste de télévision, elle reconnaît un jour l’assassin en la personne d’un journaliste. C’est décidé, son prochain roman détaillera le drame qu’a vécu sa sœur et elle offrira une interview exclusive à ce journaliste, pour mieux l’entraîner dans ses filets.

Mais onze ans de solitude n’ont-ils pas brouillé ses souvenirs ? La réalité se mêle à l’histoire qu’elle couche sur le papier et les doutes s’installent dans l’esprit de Linda.

Tant que dure ta colère

tant-que-dure-ta-colereUn thriller scandinave dans toute sa splendeur glaciale. Tout renaît en effet à la fonte des neiges, lorsqu’un cadavre remonte à la surface du lac de Vittangijärvi, dans le nord de la Suède. La découverte du corps de cette jeune femme perturbe la procureure Rebecka Martinsson, notamment à cause des rumeurs autour d’un avion allemand disparu un demi-siècle auparavant dans cette région qui voudrait tout oublier des relations qu’elle aurait pu entretenir avec les Nazis. Le tueur qui rôde serait-il donc prêt à tout pour que la vérité demeure enfouie sous la glace ?

La narration à deux voix offre une profondeur psychologique agréable à ce thriller aux relents historiques qui plaira aux adeptes des polars qui se déroulent dans les sommets glacés.

Le Cri

criTerminons par un roman français, et pas des moindres. Nicolas Beuglet met ici en œuvre toutes ses compétences de scénariste pour produire un thriller qui se lit d’une traite. La couverture glaciale est alléchante et promet l’horreur d’une intrigue se déroulant dans un asile psychiatrique, comme celui de Gaustad, à Oslo, où un homme est retrouvé mort dans sa cellule, la bouche ouverte sur un cri silencieux. Mais lorsque l’enquêtrice Sarah Geringën est dépêchée sur les lieux, elle ne s’attend pas à ce que la quête de la vérité sur cet homme mystérieux interné depuis plus de trente ans l’entraîne autour du globe en compagnie d’un journaliste d’investigation français qui a fait de récentes découvertes dans des dossiers secrets de la CIA.

Le Cri (un hommage à la toile du peintre norvégien Munch ?) est un thriller captivant qui explore les peurs humaines les plus primales et notamment la question : y a-t-il une vie après la mort ?