5 classiques de la littérature anglaise

Les classiques de la littérature anglaise ? S’il est vrai que les récentes adaptations cinématographiques des œuvres de Jane Austen ont remis ses romances sur le devant de la scène, la richesse de l’écriture anglaise reste parfois méconnue.

Les romans que nous vous proposons de découvrir n’ont pourtant pas d’âge. La preuve en 5 classiques écrits par des femmes et qui mêlent aux premiers élans féministes tantôt le gothique, tantôt le policier, et toujours une bonne dose de critique sociale.

Engligh Gothic architecture CC https://flic.kr/p/mwnkLX
Roche Abbey, South Yorkshire, par Darren Flinders (https://flic.kr/p/mwnkLX)

Jane Austen – Orgueil et préjugés

Ce roman qui a inspiré l’intrigue du Journal de Bridget Jones se déroule pourtant durant l’époque de la Régence, ce qui prouve qu’une histoire d’amour qui se moque des différences de milieux reste intemporelle.

Surtout connu grâce à l’interprétation de Colin Firth puis de Matthew Macfadyen dans le rôle du hautain Darcy, Orgueil et Préjugés repose essentiellement le personnage de l’indépendante Elizabeth, qui n’hésite pas à aller à l’encontre des codes guindés de la société de son temps, où le destin d’une femme dépend d’un beau mariage.

Une histoire d’amour à redécouvrir en e-book en édition illustrée.

Charlotte Brontë – Jane Eyre

Les sœurs Brontë sont des femmes de lettres anglaises incontournables, connues pour leurs influences gothiques et païennes et leurs sombres histoires d’amour.

Jane Eyre, préceptrice chez l’inquiétant Rochester, et se considérant comme hors du monde de par son insignifiance, ne se soumet à aucun code social et représente une des premières incarnations du féminisme, à l’opposé de Bertha, tombée dans la folie.

À lire en parallèle avec La Prisonnière des Sargasses (1966) de Jean Rhys, véritable prologue donnant à l’oppression une coloration coloniale.

Virginia Woolf – Promenade au Phare

Autre roman précurseur d’un genre, Promenade au Phare fait de Virginia Woolf une des créatrices du flux de conscience, dont Proust et James Joyce se sont fait une spécialité.

Roman psychologique qui capture dans un seul élan toutes les facettes de l’âme, c’est une lecture obligatoire pour ceux qui voudraient, à l’âge du numérique, s’évader dans un long poème sur la fragilité de l’existence.

Daphné Du Maurier – Rébecca

Qui n’a jamais entendu parler de Rébecca, surtout depuis son adaptation au cinéma par Alfred Hitchcock en 1940, avec Laurence Olivier dans le rôle de l’intrigant Max de Winter ? Une nouvelle traduction française remet à l’ordre du jour l’histoire de cette jeune mariée dont on ignore le prénom et qui se perd en rêveries dans la demeure hantée par le fantôme de la première épouse, la magnifique Rébecca.

Roman à l’écriture riche et imagée, frisant le gothique et évoquant une hantise entretenue par la terrible Mrs Danvers, gouvernante de Manderley, il vous fera découvrir un auteur dont l’œuvre danse toujours à la frontière du fantastique.

Agatha Christie – Le Meurtre de Roger Ackroyd

Comment parler des écrivaines classiques anglaises sans mentionner l’étonnante maîtresse du suspense, Agatha Christie ? Vous la connaissez pour ses détectives improbables, tels que Miss Marple ou Hercule Poirot, et sa maîtrise de l’intrigue, prenant toujours le lecteur par surprise par ses rebondissements aussi nombreux qu’inattendus.

Dans Le Meurtre de Roger Ackroyd, dont la révélation finale est la première en son genre, le coupable n’est décidément pas celui que l’on croit !

 


Cinq bonnes raisons de profiter des nouvelles éditions numériques révisées pour découvrir ou revisiter des classiques anglais rédigés par des pionnières du genre.